Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/248

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

fut pendu en 1485. Le malheureux, qui était enfant du peuple, avait aboli un grand nombre de droits féodaux, favorisé l’imprimerie, le commerce et, justement pour cela, s’était attiré l’inimitié de presque tous les seigneurs bretons. Ceux-ci réussirent à soulever le peuple de Nantes contre lui et le duc, son maître, eut la faiblesse, pour ne pas dire la lâcheté, de le livrer à l’émeute.

Landais était né à Vitré où l’on montre aux touristes, qui vont visiter cette ville, la curieuse maison qu’il habita.

Mais revenons au château des Fontaines sous lequel, dit-on, se trouvent des souterrains qui communiquaient jadis avec le château de la Provostaye, aujourd’hui disparu, et avec celui du Bordage dans la commune d’Ercé-près-Liffré.

On affirme, mais nous n’en croyons rien, qu’Anne de Bretagne y résida.

Il a été trouvé, à différentes fois, dans ce château, d’abord un pot de terre rempli de pièces de six livres, puis dans les murs des pots en fer vides, qui ont dû renfermer un trésor dérobé et enfin, dans les ruines, il