Page:Adolphe Orain - Contes du Pays Gallo.djvu/250

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

La marquise de la baguette, pour s’indemniser de cette perte, s’empara de la prairie de la Barattais, la plus belle de la propriété du sieur Laurent.

Celui-ci furieux voulut se venger. Armé d’un fusil, il alla un soir se poster dans les bosquets du jardin des Fontaines, et, pour attirer l’attention de la marquise sans être vu, il y réussit en sifflant un air familier au garçon d’écurie. Aussitôt la Baguette se présenta sa fenêtre, une lumière à la main, criant de toutes ses forces : « Est-ce toi, Pierrot ? »

Un coup de feu répondit à ses paroles, et l’étendit morte dans sa chambre.

Ce fait se passa en 1784, et Laurent, ayant été soupçonné de cet assassinat, se sauva par les souterrains jusqu’au château du Bordage, et de là passa à l’étranger.

La Révolution lui permit de revenir en France, et de rentrer en possession de ses terres.

Le château des Fontaines fut vendu comme bien national.