Page:Adrienne Durville, Carnet de guerre 1914-1918 n°10.pdf/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le retour s’annonce laborieux, le train n’étant qu’à 7 heures : nous pouvons heureusement, en nous séparant, rentrer presque toutes dans des autos d’officiers. Nous apprenons que l’ordre de départ est arrivé ; nous partons pour Colmar demain ou après-demain.

Mardi 3 décembre

Rangements et correspondance toute la matinée.

Une partie des majors part par le train de midi ; les camions de l’A. C. A. s’en vont dans la journée ; nous assistons à leur départ avec H. qui nous emmène goûter.

Arrivée de Mathilde et de deux de ses infirmières ; les autres sont toujours dans le train spécial qui n’arrivera que demain.

Visite d’adieux au Colonel Lauth que je regrette bien. Dîner avec les trois majors restants.

Mercredi 4 décembre

Courses le matin ; rencontre de Maréchal qui me dit que toutes les A. C. A. sont dissoutes immédiatement, sauf celles dont le médecin-chef est chirurgien