Page:Adrienne Durville, Carnet de guerre 1914-1918 n°7.pdf/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


moins noir que d’habitude et mon bonhomme respire bien ; mais que c’est donc angoissant.

Les nouvelles d’Italie continuent à être mauvaises.

Mme de B. et sa fille déjeunent avec nous à la popote.

Visite de Sabardan. Doyen continue à aller beaucoup mieux.

Dimanche 28 mai

Messe de Lelièvre à 7 h 1/4.

Opération ; anesthésie sous l’écran ; cela marche bien heureusement.

Soins toute la journée ; départ de Laroyenne pour Soultzeren. Hallop. et Villechaise nous invitent à dîner à la Poste ainsi que Mlle Soulas.

Nous y allons en civil ; à la fin du dîner, arrive Laroyenne comme la statue du Commandeur ; heureusement qu’il était au courant de l’invitation ; le malade de Soultzeren étant mort, il n’est pas allé jusqu’au bout et est revenu dîner. Il a l’air quand même assez ahuri de nous voir là. Nous rentrons à 10 heures bien sagement.

Lundi 29 mai

Mme Lt m’écrit qu’elle ne rentrera que le 10 ; cela va encore retarder mon départ, surtout la Pentecôte étant le 11.