Page:Agoult - Histoire de la révolution de 1848, tome 2.djvu/283

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

CHAPITRE XXIX


Suite de la journée du 15 mai. — L’enquête. — Vote favorable à M. Louis Blanc. — La réunion du Palais-National et la commission exécutive. — Fête de la Concorde. — La famille d’Orléans à Claremont. — Décret de bannissement. — Élections du 5 juin.


Dans la nuit qui suivit cette étrange journée, la commission exécutive manda au petit Luxembourg le préfet de police, afin qu’il expliquât sa conduite. Il paraissait hors de doute que M. Caussidière était resté neutre, tout au moins, tant qu’avait duré la mêlée, se réservant, selon que tournerait la fortune, de se prononcer pour ou contre l’insurrection.

À partir de dix heures du matin, ses rapports avec l’autorité avaient cessé. Renfermé dans la préfecture pendant que la colonne populaire s’avançait vers l’Assemblée, il n’avait donné aucun ordre. On savait qu’après l’envahissement de la salle deux ou trois cents factieux étaient accourus lui demander des armes, et qu’ils avaient voulu le mettre à leur tête pour marcher sur l’Hôtel de Ville. Il les avait renvoyés, il est vrai, en leur disant qu’il attendait les ordres du pouvoir constitué ; mais il avait souffert que ses Montagnards battissent aux champs et criassent à bas l’Assemblée ! en apprenant que Barbès venait de proclamer un nouveau gouvernement provisoire ; il les avait vus, sans s’y opposer, fêter les prisonniers qu’amenaient les gardes nationaux, leur distribuer du vin, des fusils, et finalement leur