Page:Agrippa d'Aubigné - Œuvres complètes tome troisième, 1874.pdf/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


164 LE PRIMTEMS DU SIEUR D’AUBIGNÉ.

Je me plains de quoy la traitresse

Enchante & fasche ma maitresse
De propos & d’un air punais.
Ses propos me mettent en haine
Et des pestes de son allaine
Elle luy fait fait boucher le nez.

Mais ne l'escoute plus, mignonne,

Car le desplaisir que te donne
Une si mal plaisante odeur
Ne blesse tant que sa parolle :
L’une jusqu’à l'ame t'affolle
Et l’autre ne passe le cueur.

Qui ne croirait à voir sa face

Et l’effrontement de sa grace
Le bon naturel de son cueur :
La nature l'a fait camuse,
Et veult dire pour son excuse
Que c’est son nez qui est moqueur.

Les beaux cors ont des ames belles

Et les nourrissent toutes telles
Que les descouvre le dehors,
Hors mis ton ame desguisee,
Car elle est plus cautérisee
Et plus infecte que le cors.

Et ta mensonge & ton mesdire

Et tout le mal que tu peux dire
Ne peuvent troubler mes espritz:
Fai’ donc du pis que tu puis faire,
Ta louange m’est vitupere,
Je suis prisé par ton mespris.