Page:Aimard, Auriac - Les Forestiers du Michigan.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
230
les drames du nouveau-monde



la jeune fille s’inclina sur elle, l’effleura respectueusement de ses lèvres, et bondit dans son canot.

Les lames se ridaient sous ses rames agiles et elle était loin déjà avant que Basil fut revenu à la réalité.

Longtemps il suivit des yeux la gracieuse apparition qui fuyait, bercée, par les vagues. Quand il l’eut perdue de vue :

— Les femmes sont d’étranges choses ! murmura-t-il d’une voix semblable à un souffle…

Méanmoins quelques semaines plus tard, le R. P. Chapesman, supérieur de la mission du Détroit, bénissait un heureux, un bien heureux mariage : celui de Veghte avec Mariami.


fin