Page:Aimard - L’Éclaireur, 1860.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
33
L’ÉCLAIREUR.

diens, qui, malgré toute leur sagacité, ne se douteraient jamais qu’un homme osât se hasarder à suivre un tel chemin.

Après une course d’environ vingt minutes, Balle-Franche s’arrêta. Les chasseurs étaient arrivés.

En écartant légèrement les branches des arbres et les broussailles, voici ce qu’ils aperçurent.

Devant eux, à dix pas à peine, se trouvait une clairière ; au centre de cette clairière, trois feux étaient allumés et entourés de guerriers apaches, qui fumaient gravement, tandis que leurs chevaux, attachés à des piquets, broutaient les jeunes pousses des arbres.

Bon-Affût se tenait impassible auprès des chefs, debout et appuyé sur son rifle, échangeant parfois avec eux quelques paroles. Balle-Franche ne comprenait rien à ce qu’il voyait. Tous ces hommes semblaient dans les meilleurs termes avec le chasseur, qui, de son côté, ne trahissait, ni par ses gestes, ni par son visage, aucune préoccupation.

Pour bien faire comprendre au lecteur la position singulière dans laquelle se trouvaient placés tous ces hommes vis-à-vis les uns des autres, il nous faut faire quelques pas en arrière.

Nous avons dit qu’après l’attaque subite des Indiens, Bon-Affût s’était élancé au-devant eux, en agitant une robe de bison, en signe de paix. Les Indiens s’étaient arrêtés, avec cette déférence courtoise qu’ils apportent dans toutes leurs relations, afin d’écouter les explications du chasseur. Deux chefs s’étaient même avancés vers lui en l’invitant poliment à s’expliquer.

— Que demande mon frère le visage pâle ? dit un des chefs en le saluant.

— Mon frère rouge ne me connaît-il pas, est-il donc nécessaire que je lui dise mon nom, afin qu’il sache à qui il parle ? répondit Bon-Affût d’un ton de mauvaise humeur.