Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
104
les drames du nouveau-monde



L’homme seul reste dans le Wigwam, c’est-à-dire l’époux avec les plus délicates tendresses, le père avec les plus attentives bontés. Il sourit à sa femme, lui parle un langage caressant ; il prend et berce les enfants sur ses genoux, joue avec eux sur le gazon ; il partage avec joie tous les petits soins du ménage ; il est bon, affectueux, ce n’est plus un guerrier, il a déposé le masque.

Flwellina, radieuse de bonheur, prit les deux mains de son mari dans les siennes, l’entraîna vers un petit banc de rocher gazonné, et s’assit à côté de lui.

Cet heureux couple était bien assorti de toute manière. Chacun des deux époux offrait le type accompli de la beauté humaine dans toute sa perfection : Flwellina avait vingt-cinq ans ; Oonomoo trente ; la force et la santé rayonnaient sur leurs visages nobles et intelligents.

Sur la large poitrine du Huron apparaissaient de nombreuses cicatrices, indices certains de sa bravoure, car il avait toujours fait glorieusement face à l’ennemi, jamais il n’avait reçu une blessure par derrière. Sa figure, ordinairement sévère et solennelle, s’était adoucie ; l’éclat mé-