Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
rayon-de-soleil



Hollandais manqués ! grommela l’instituteur furieux.

Alors il leur dit les noms à prononcer, et les leur fit répéter de suite. Les deux gamins firent écho assez correctement, et reçurent avec orgueil les compliments paternels.

— Bien, mes enfants ! vous commencez à apprendre ; un de ces jours…

Hans Vanderbum n’acheva pas ; l’explosion de sa pipe venait de lui couper la parole : un fragment du tuyau restait seul entre ses dents, tout le reste avait volé en éclats.

— Où est ma pipe… ? murmura Vanderbum stupéfait, regardant autour de lui dans l’espoir de la découvrir quelque part à terre.

Quanonshet et Madokawandock partirent d’un violent éclat de rire, aussitôt réprimé pour faire place à de petites mines sérieuses et innocentes. Mais bientôt des soupçons se firent jour dans l’esprit du bonhomme, il les regarda tous deux de travers, et leur dit d’une voix féroce :

— Quel est celui de vous deux qui a mis de la poudre dans mon écume de mer ? Hein !… qui a fait cette action là ?

Les deux petits drôles se gardèrent bien de