Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
155
rayon-de-soleil

— Quelles nouvelles mon frère peut-il m’annoncer ?

— De bonnes nouvelles, la fille est dans mon wigwam.

— Comment s’y trouve-t-elle ?

— Ma Squaw en prend soin.

— C’est bon.

— Je n’entends rien à tout ça, Oonomoo, et pourtant je m’imaginais que ce n’était pas bien du tout. Ma femme n’a jamais été d’un caractère commode, et cette fois ci elle ne parait pas s’adoucir, au contraire…

— J’ai dit à mon frère que c’était bon ! La captive sera avec nous lorsque le soleil reparaîtra dans le ciel.

— Eh ! seigneur ! comment ferez-vous ?

— Donnez cette drogue à Keewaygooshturkumkankingewock, répondit l’Indien en lui présentant une substance noire et visqueuse.

— Tonnerre ! est-ce du poison ? demanda Hans en Anglais ; ma femme me tuera si elle s’aperçoit que je cherche à l’empoisonner !

— Ça ne lui fera point de mal ; ça l’endormira seulement, et elle se réveillera ensuite.

— Quanonshet et Madokawandock auront-ils