Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
les drames du nouveau-monde

— Si je n’allais trouver personne… ? se dit-il en jetant çà et là ses yeux à la découverte ; si c’étaient mes deux coquins de fils… ? Mais je ne puis guère le croire : ce que j’ai vu dans les branches ne leur ressemblait pas.

Tout à coup un sifflement frappa son oreille : il releva les yeux et aperçut devant lui un Indien Huron.

À la façon dont tous deux s’abordèrent, il était facile de voir qu’ils étaient d’anciennes connaissances.

— Ah ! c’est vous, Oonomoo ! s’écria Vanderbum.

— Oui, moi, Oonomoo, répondit l’Indien en donnant à son nom une prononciation différente de celle qu’avait employée le Hollandais.

— C’était vous qui étiez sur cet arbre tout à l’heure ?

— Oui, moi, Oonomoo, dans cet arbre.

— Et vous avez envoyé sur l’eau tous ces petits canots en écorce ?

— Oui, je les ai envoyés.

— Et, c’est votre main qui battait l’eau !

— Oui : Oonomoo a fait tout ca !

— Je suppose que c’était pour m’avertir ?