Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
44
les drames du nouveau-monde



baissant les yeux, que s’il rencontre le lieutenant Canfield, il lui exprime combien je suis pénétrée de confiance et d’espoir en lui : qu’il lui apprenne que j’ai un excellent ami qui adoucit pour moi les horreurs de la captivité.

— Et, quel est cet ami ?

— Vous.

— Ma foi ! vous dites vrai ! je ferais bien des choses pour vous, chère enfant ! Adieu. Soyez bonne fille jusqu’à mon retour. Je reviendrai le plus tôt possible.

Aussitôt Hans sortit du wigwam et se mit en route pour rejoindre Oonomoo. Sa conversation prolongée avec la prisonnière avait excité la curiosité des Indiens, qui ne manquèrent pas de l’accabler de questions à ce sujet. Mais il se tint sur la réserve et leur fit à tous la même réponse moqueuse :

— Nous avons parlé beaucoup sans rien dire : Elle n’a cessé de m’expliquer qu’elle ne savait pas s’il ferait pluie ou beau temps ; mais elle était sûre que l’un des deux arriverait.

Les Indiens furent bien obligés de se contenter de cette baliverne ; ils se bornèrent à en rire sans y chercher aucun sujet de méfiance, car,