Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
68
les drames du nouveau-monde

Mais presque au même instant retentit un grondement sourd et inarticulé. Canfield respira, il ne s’agissait probablement plus que d’une bête féroce.

— Par toutes les puissances de la création ! quel être, quel animal y a-t-il donc là-dedans ? murmura-t-il en faisant halte.

Et il se demanda pendant quelques secondes s’il marcherait sur l’objet mystérieux pour le découvrir, ou s’il resterait en embuscade.

— Bah ! se dit-il, diable, homme, ou panthère, je verrai bien ce qu’il en est !

Il s’approcha résolument : la même clameur sourde se fît entendre.

— Ces horribles Shawnees auront, pour se divertir d’une manière féroce, enfermé quelque malheureux animal dans cette prison ; je vais remettre la pauvre bête en liberté.

Ce disant, il mit la main sur le tronc d’arbre le plus proche pour le tirer à lui ; mais à peine y eût-il touché, qu’un fracas soudain éclata comme un coup de tonnerre, le monticule sembla faire explosion.

Canfield ne pût maîtriser un brusque mouvement de retraite.