Page:Aix - Histoire des Croisades, tome 2.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




HISTOIRE
DES CROISADES.

LIVRE HUITIÈME.

Vers l’époque où le roi Baudouin combattait et remportait une sanglante victoire, et dans le mois de septembre de la première année de son règne, des Lombards, peuple innombrable du royaume ayant appris l’occupation d’Antioche et de Jérusalem, et les glorieux triomphes des Chrétiens, se réunirent de diverses contrées de l’Italie, traversèrent heureusement le royaume de Hongrie et s’avancèrent jusque dans le royaume des Bulgares, dans le dessein d’aller porter secours et de se rendre utiles à leurs frères en Christ. Des hommes très-nobles s’associèrent a ces vœux, et on vit se joindre a l’expédition l'évêque de Milan, l’illustre comte Albert, Gui son frère, chevalier très-distingué, Hugues de Montbel, Othon, fils de la sœur d’Albert, et surnommé Haute-Épée, Wigebert, comte de la ville de Parme, et d’autres princes d’Italie, hommes d’une grande noblesse et chefs d’armée. Réunis au nombre de trente mille hommes les Lombards entrèrent, comme je l’ai dit, avec