Page:Album du gai chanteur - Tome premier.pdf/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE CARNAVAL

CHANSON.

Paroles de JOSEPH EVRARD.
AIR : Ah ! cotillon! cotillon !


Refrain

V'là l' carnaval, sans égal, sans rival,
Ivresse et bacchanale !
V'là l' carnaval, sans égal, sans rival,
Vive le carnaval !

1
Dès l'aube joyeux, — En curieux,
Paris s'installe
Sur ses boulevards —Inondés d'un flot d'étendards,
De masques noirs, verts, — Jaunes et pers[1] ;
Sardanapale
Gaspille en plaisir, — Tout l'or qu'il voudra ressaisir.
V'là l' carnaval, etc.

2
Leste et, Dieu merci. — Sans nul souci,
Voyez Céphale
Qui revient du clou.—Ma tante est humaine, après tout;
Le dieu des amours — Change en velours
Son dernier châle
Qui, ce soir, hélas ! — Peut l'aider à faire un faux pas.
V'là l' carnaval, etc;

  1. Pers, couleur entre le vert et bleu.