Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
86
JACK ET JANE.

Dieu, Jack n’a pas atteint Frank, et il se repent maintenant, j’en suis sûre.

— Il aurait pu lui faire grand mal. Nous sommes libres de nos actions, mais non pas des résultats de nos actions. Rappelez-vous cela, chérie, et réfléchissez avant d’agir.

— Je m’en souviendrai, madame. »

Jane ferma les yeux pour mieux se livrer à ses méditations.

Elle se demandait naïvement ce que devaient faire les personnes civilisées, missionnaires et autres, lorsque les naturels du pays où ils étaient se lançaient leurs tomahawks à la tête les uns des autres.

Mme Minot commença une autre lettre. Après avoir écrit quelques lignes, elle posa sa plume, repoussa son papier loin d’elle, resta un instant perdue dans ses réflexions et finit par se lever en disant à Jane :

« Je vais voir si Jack est assez couvert. Vous ne bougerez pas avant mon retour, n’est-ce pas ?

— Non, madame. »

La tendre mère trouva son fils qui apprenait sa leçon de latin avec acharnement. Il était d’une humeur d’autant plus charmante que son absurde accès de colère avait épuisé toute son irritation. Les amis des deux frères les avaient surnommés le Tonnerre et l’Éclair. Frank, lorsqu’il se fâchait, grognait, tempêtait et était assez longtemps avant de revenir à son état normal ; Jack, au contraire, s’emportait avec la rapidité de l’éclair, et son atmosphère morale était d’autant plus claire et plus sereine qu’il venait de se produire une détente de cette électricité dangereuse.