Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
161
LE VINGT-DEUX FÉVRIER.

se sépara donc, et, le public une fois parti, les acteurs remirent tout en place.

En un clin d’œil, la chambre fut débarrassée et le souper servi. Chacun sentait le besoin de réparer ses forces ; on eût dit une armée de sauterelles dans un champ de blé.

Jack et Jane étaient à l’un des bouts de la table ; Ralph et Griff leur faisaient face, et entre eux était toute une collection de héros historiques et de personnages de contes de fées.

Le souper fut naturellement d’une gaieté folle. Aussi les parents, qui attendaient les jeunes comédiens dans la pièce voisine et qui jouissaient de loin de leur bonheur, n’eurent-ils le courage de donner le signal du départ que lorsque Washington eut déclaré en bâillant qu’il avait passé une soirée ravissante, mais qu’il ne pouvait plus tenir ses yeux ouverts.