Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
189
JANE ÉCLAIRCIT LE MYSTÈRE.

dirait vraiment une tempête dans un verre d’eau : tout cela s’est réduit à peu de chose. C’est très bien d’avoir supporté les gronderies de tout le monde quand vous vous sentiez dans votre droit.

— Je crois justement que c’est là ce qui m’en a donné la force, répondit Jack. Si je m’étais senti coupable, j’aurais préféré tout avouer pour que ce soit plus vite fini. Mais puisque vous voulez tout dire à M. Acton, j’imagine qu’il ne me donnera pas de mauvaises notes, ajouta-t-il. »

— C’est là ce qui vous fera le plus de plaisir, n’est-ce pas ? demanda Jane.

— Non, ce sera de le raconter à Édouard, répondit Jack timidement, car on se moquait souvent de l’amitié de Jack pour son grand ami.

— Édouard sera heureux, dit Mme Minot, mais il ne pourra pas l’être autant qu’une certaine petite personne qui vous a soutenu pendant votre temps d’épreuve et qui a eu l’esprit de vous tirer d’affaire. »

Jack comprit. Il s’approcha de Jane et prit ses deux petites mains dans les siennes, puis, ne trouvant pas de paroles pour remercier cette fidèle petite amie, il se baissa et lui donna un baiser plein de reconnaissance.