Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
199
LES MIRACLES DE SAINTE LUCY.

téger. À cause d’elle, ils devinrent plus doux, plus polis, plus prévenants ; et lorsqu’on leur parla de reprendre Lucy, ils déclarèrent qu’ils ne la laisseraient partir pour rien au monde, qu’elle leur était indispensable et devait rester toujours avec eux.

— Je voudrais bien voir qu’il en fût autrement ! s’écria Frank avec chaleur, et Jack dit d’un air de défi :

— Qui donc parle de nous prendre Jane ?

— C’est la mère de Lucy qui, craignant d’abuser de l’hospitalité de la châtelaine, voulait à toute force retourner dans son cottage, mais celle-ci lui fit comprendre que sa fille leur était nécessaire aussi bien qu’elle-même, qu’il n’y aurait plus de bonheur au château si elles le quittaient jamais, qu’elle se faisait vieille, qu’elle avait besoin d’être aidée dans l’administration de son petit domaine, et elle lui demanda de venir en prendre soin, d’habiter son château pour toujours.

— A-t-elle consenti ? » dit Jane d’une voix anxieuse.

Le petit oiseau avait appris à chérir sa prison.

« Oui, dit Mme Minot.

— Hourrah ! s’écrièrent les deux garçons, et Jane, tout émue, se souleva sur son sofa pour balbutier :

— Est-ce possible ? C’est trop bon pour être vrai !

— Voilà une magnifique fin à une charmante histoire, dit Jack d’un air grave.

— Ce n’est pas tout, » dit Mme Minot.

Trois figures étonnées se tournèrent vers elle, et trois petites bouches s’écrièrent à la fois :

« Qu’y a-t-il donc encore ?

— Toutes sortes de belles choses, reprit Mme Minot. Sachez d’abord que, tandis que Lucy s’occupait des