Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
234
JACK ET JANE.

En rentrant, ils trouvèrent Merry et Molly auprès de Jane. Elles finissaient leurs paniers. Quelle quantité il y en avait sur la grande table ! On eût dit une exposition de paniers. Il y en avait de toutes les dimensions possibles. Il y en avait en papier, en jonc, en fil de fer, etc. Jane s’était distinguée, mais combien peu de fleurs on avait à mettre là-dedans ! Les jeunes gens se regardèrent en riant.

« Et bien, dit Molly, où sont vos fleurs ? »

Jack lui tendit un immense panier, dans lequel il n’y avait rien.

« Oh ! fit Molly, quelle mauvaise plaisanterie ! »

Mais les trois autres paniers étaient pareils.

Les petites filles échangèrent un regard de détresse.

« Nous n’avons rien pu trouver, dit Gustave d’un ton piteux.

— Quel malheur ! » s’écrièrent Jane, Merry et Molly.

Leurs amis partirent d’un éclat de rire et Jack courut chercher les fleurs achetées, ainsi que la mousse et les quelques fleurettes qu’ils avaient trouvées.

« À la bonne heure, dit Jane.

— Vous nous avez fait une belle peur, dit Merry.

— Moi, j’y ai été prise, s’écria Molly, mais je vous revaudrai cela, soyez tranquilles, vilains taquins que vous êtes !

— Ne nous plaignons pas d’eux, dit Jane, ces fleurs exotiques sont ravissantes, et, en n’étant pas trop prodigues, nous arriverons à garnir tous nos paniers. »

On se mit à l’œuvre en riant, et, non sans de grandes discussions, on arriva au bout de cette besogne attrayante.