Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
273
L’ÎLE VERTE.

— Oh ! je le sais bien, maman, s’écria Jane, et je ne suis pas désappointée le moins du monde de ne pas retourner en classe. J’ai été si heureuse l’année dernière, que je ne me plaindrais pas, même s’il me fallait encore des années de patience.

— Je reconnais là ma bonne petite Janie, dit Mme Minot en l’embrassant. Eh bien, mes enfants, puisque vous êtes tous si raisonnables, nous allons essayer de mon système. S’il ne produit pas les résultats que j’en attends, vous retournerez en classe.

— Hourrah ! trois fois hourrah pour maman ! cria Jack. À présent, je vais avoir le temps de faire de la gymnastique.

— Ce ne sera pas dommage, lui répondit sa mère, car le docteur l’a encore recommandé hier. »

Mais Frank et Jane réussissaient si bien dans leurs études, qu’il leur était au fond un peu dur d’abandonner leurs succès à l’école. Mme Minot voulut leur offrir quelque compensation :

« Jack et Frank monteront à cheval, leur dit-elle, c’est encore ce terrible docteur qui le veut, et Jane fera des promenades en voiture en attendant qu’elle puisse marcher beaucoup. Il est essentiel que vous preniez tous les trois beaucoup d’exercice.

— Quel bonheur ! s’écria Jack. J’aime tant les chevaux !

— Cela se trouve bien, car l’un de vous devra s’occuper de tous les soins que nécessitent un cheval et une voiture. L’autre sera jardinier.

— Je me charge du cheval, dit Jack.

— Et moi du jardin, » dit Frank.