Page:Alembert - Traité de dynamique (1758).djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
ij
DISCOURS

marquées au sceau de l’évidence. Encore y a-t-il dans la lumiere que ces Sciences présentent à notre esprit, une espece de gradation, &, pour ainsi dire, de nuance à observer. Plus l’objet qu’elles embrassent est étendu, & considéré d’une maniere général & abstraite, plus aussi leurs principes sont exempts de nuages & faciles à saisir. C’est par cette raison que la Géométrie est plus simple que l’Algébre. Ce paradoxe ne paroîtra point tel à ceux qui ont étudié ces Sciences en Philosophes : les notions les plus abstraites, celles que le commun des hommes regarde comme les plus inaccessibles, sont souvent celles qui portent avec elles une plus grande lumiere : l’obscurité semble s’emparer de nos idées à mesure que nous examinons dans un objet plus de propriétés sensibles ; l’impénétrabilité, ajoûtée à l’idée de l’étendue, semble ne nous offrir qu’un mystere de plus ; la nature du mouvement est une énigme pour les Philosophes ; le principe Métaphysique des loix de la percussion ne leur est pas moins caché ; en un mot plus ils approfondissent l’idée qu’ils se forment de la matiere, & des propriétés qui la représentent, plus cette idée s’obscurcit & paroît vouloir leur échapper ;