Page:Alembert - Traité de dynamique (1758).djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xv
PRÉLIMINAIRE.

obscurité ; aussi la plûpart des Géometres ont-ils mieux aimé la traiter d’axiome, que de s’appliquer à la prouver. Cependant, si l’on y fait attention, on verra qu’il n’y a qu’un seul cas où l’équilibre se manifeste d’une maniere claire & distincte ; c’est celui où les masses des deux Corps sont égales, & leurs vitesses égales & opposées. Le seul parti qu’on puisse prendre, ce me semble, pour démontrer l’équilibre dans les autres cas, est de les réduire, s’il se peut, à ce premier cas simple & évident par lui-même. C’est aussi ce que j’ai tâché de faire ; le Lecteur jugera si j’y ai réussi.

Le Principe de l’équilibre joint à ceux de la force d’inertie & du Mouvement composé, nous conduit donc à la solution de tous les Problêmes où l’on considere le Mouvement d’un Corps, en tant qu’il peut être altéré par un obstacle impénétrable & mobile, c’est-à-dire en général par un autre Corps à qui il doit nécessairement comuniquer du Mouvement pour conserver au moins une partie du sien. De ces Principes combinés on peut donc aisément déduire les loix du Mouvement des Corps qui se choquent d’une maniere quelconque, ou qui se tirent par le moyen de quelque Corps interposé entr’eux, & auquel ils sont attachés.