Page:Alexandri - Les Doïnas, 1855.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





XXXVII

LA GONDOLETTE


Avec Ninitza, dans la gondolette,
Quand je me promène lentement,
Le passant de la Piazzeta
Nous regarde en soupirant.
Alors le ciel devient serein,
Il brille gaiement pour nous deux,
Et l’Adriatique se calme,
Se calme pour nous deux.




LA GONDOLETTA



Ku Ninitza’n gondoletâ
Când me primblu’ncetişor,
Trecatoriŭl din piazettâ
Ne priveşte-oftând de dor.
Atuncĭ cerul se’nseninâ
Lucind vesel l’amindoĭ
S’Adriatica s’alinâ
Se alinâ pentru noĭ.