Page:Alexis - Œuvres poétiques, tome 1.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L A B C DES DOUBLES I I L’a^stre qui ot amassé Or, argent et bestes a layne ; 5o Puis laissa tout a grant alaine Depuis que Dieu l’ot appelle. Le monde le dos a pelé, De viellesse sa vie acourse ; Mort hastive le prent a course 55 Et Tassault aux champs et a court : Pour ce donc ainsi elle acourt. Ains qu’elle te viengne assaillir Eschappe, mect payne a saillir. Ne te chauffe a la cheminée 60 Minée, mal acheminée. La Mort a filiez et a tente En quoy prendre les gens atempte. Ne te fye en sa longue atente Mais a passer le pas atens te. 65 Tousjours son arc elle a tendu, Et fault le coup estre atendu. A l’amender donc plus n’atens, Car jamais n’y viendras a temps Se ne t’y prens ains qu’elle arrive. 70 Saulx de la mer et viens a rive ; Pren en toy bon amendement, Ne contredy a mandement De Dieu que Teglise admonneste. Se tu vieulx avoir ame honncste, 75 Obeys a père et a mère, Ou tu mourras de mort amerc. Ne soyes de grant appareil Et tiens compaignie a pareil. L’amour des gens on a par estre 80 Humble, comme il peut apparestre ; Impr. : 54 Pense que peu y vault la course. — 55 Elle assault. — 56 dont quainsi. — Go Ou lame est mal acheminée.