Page:Alexis de Tocqueville - De la démocratie en Amérique, Pagnerre, 1848, tome 3.djvu/341

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
332
TABLE.
point qu’un peuple démocrate ne saurait avoir de l’aptitude et du goût pour les sciences, la littérature et les arts.
67
Chapitre X. — Pourquoi les Américains s’attachent plutôt à la pratique des sciences qu’à la théorie.
79
Chapitre XI. — Dans quel esprit les Américains cultivent les arts.
93
Chapitre XII. — Pourquoi les Américains élèvent en même temps de si petits et de si grands monuments.
103
Chapitre XIII. — Physionomie littéraire des siècles démocratiques.
107
Chapitre XIV. — De l’industrie littéraire.
119
Chapitre XV. — Pourquoi l’étude de la littérature grecque et latine est particulièrement utile dans les sociétés démocratiques.
121
Chapitre XVI. — Comment la démocratie américaine a modifié la langue anglaise.
125
Chapitre XVII. — De quelques sources de poésie chez les nations démocratiques.
139
Chapitre XVIII. — Pourquoi les écrivains et les orateurs américains sont souvent boursouflés.
153
Chapitre XIX. — Quelques observations sur le théâtre des peuples démocratiques.
157
Chapitre XX. — De quelques tendances particulières aux historiens dans les siècles démocratiques.
167
Chapitre XXI. — De l’éloquence parlementaire aux États-Unis.
175


DEUXIÈME PARTIE.


Influence de la Démocratie sur les sentiments des Américains.


Chapitre I. — Pourquoi les peuples démocratiques montrent un amour plus ardent et plus durable pour l’égalité que pour la liberté.
185
Chapitre II. — De l’individualisme dans les pays démocratiques.
195
Chapitre III. — Comment l’individualisme est plus grand au sortir d’une révolution démocratique qu’à une autre époque.
201
Chapitre IV. — Comment les Américains combattent l’individualisme par des institutions libres.
205