Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/300

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
302
CYBÈLE

ses derniers entablements babyloniens, marquant la place d’une autre infortunée capitale à jamais disparue.

Plus au nord si la Grande-Bretagne, d’ailleurs emprisonnée dans les glaces une grande partie de l’année, existait toujours dans ses pays de Galles, d’Écosse et d’Irlande à populations d’origine celtique, l’Angleterre proprement dite avait disparu, mais point les Anglais qu’on trouvait épars et toujours commerçant dans le monde entier où ils ne s’assimilaient nulle part comme les Juifs avec lesquels d’ailleurs il arrivait qu’on les confondait quelquefois.

Marius en homme de son temps pour lequel l’exploration du pôle nord avait toujours une excitante saveur de fruit défendu, n’aurait pas été fâché de pousser jusque-là, mais il n’y fallait pas songer dans le moment. Ce serait pour une autre occasion. Autrement rien ne se fût opposé à ce que nos amis allassent un instant fouler sous leurs pieds la neige éternelle de ce point mystérieux du globe qui désespéra tant d’intrépides explorateurs des temps passés.

L’Espérance tira cette fois directement au sud ayant à sa gauche l’archipel des îles de France et à sa droite l’océan qui s’étendait sans bornes pour ne plus rencontrer de ce côté d’autres limites que le