Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
77
CYBÈLE

d’une lueur éclatante, éclairant eux-mêmes leur route dans une étendue incroyable, tantôt par la vue de phares prodigieux qui, de distance en distance, servaient en pleine mer de points de repère, et dont les feux rayonnaient comme de petits soleils et rendaient sur la mer le même service que nos becs de gaz sur nos places et nos boulevards.

Enfin on remit de plus amples explications au lendemain et arrivés à la porte de la confortable cabine qu’on venait d’aménager pour le nouveau venu, l’on se souhaita mutuellement une bonne nuit.

Quand Marius se retrouva le jour suivant, d’assez bonne heure et l’esprit reposé, sur le pont du navire où il avait trouvé une si aimable hospitalité, il put remarquer plus à loisir qu’en tant que bateau de plaisance ce bâtiment réunissait les meilleures conditions d’élégance et d’aménagement intérieur, et qu’en outre de cela un signe du changement des temps se reconnaissait dans la disposition générale qui déroutait complètement les idées nautiques du nouveau passager. Pas de mâture, chose devenue superflue depuis si longtemps que le vent n’était plus en navigation qu’un facteur négligeable, sauf un poste d’observation qui s’élevait à une assez grande hauteur ; puis l’on ne s’y trouvait incommodé, ni par