Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/78

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
80
CYBÈLE

d’où votre boulevard de la République dominait l’ancien port que nous allons aborder à quai.

— Ah oui, je me souviens. C’est sans doute le déplacement du centre de gravité des océans qui a opéré ce changement à l’époque où vous êtes. Et la température du pays a dû baisser aussi sensiblement depuis mon temps à moi.

— Comment ! vous saviez déjà cela ? Vous n’ignorez pas non plus alors, ajouta Alcor dont la voix se voila un peu, quelle épouvantable menace pèse sur ce monde qui touche au moment terrible…

Alcor ne continua pas, et de silencieux regards s’échangèrent entre les interlocuteurs.

— Et quand prévoit-on ?… demanda Marius au bout d’un assez long moment.

— Calculer l’instant précis est difficile, surtout lorsqu’on manque de dates exactes au sujet des débâcles diluviennes antérieures. Il est à croire d’ailleurs que des causes variables, propres, soit au globe lui-même, soit au milieu cosmique dans lequel celui-ci avance sans cesse, précipitent ou retardent le moment critique. Mais ce n’est déjà plus par siècles que nous comptons le temps qui nous sépare de l’effroyable échéance. Qui sait si nous-mêmes ne serons pas bientôt les témoins et les victimes du terrible cataclysme !

Ce dernier tour pris par la conversation jeta un