Page:Allais - Amours, délices et orgues.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




FÂCHEUSE CONFUSION


— Votre ami Othon ? m’interloqua la duchesse, votre ami Othon est un pur goujat !

— Othon ? Un pur goujat ? Othon ?

— Et puis, si vous voulez, mon ami, parlons d’autre chose !… Le seul souvenir de cet être abject me soulève le cœur.

… Je regrette bien, messieurs et dames, que vous ne connaissiez pas mon ami Othon (plus répandu à Paris sous l’étrange dénomination de Noyau de Poissy). Votre stupeur, à l’entendre ainsi traiter, égalerait la mienne.