Page:Allais - Amours, délices et orgues.djvu/237

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




UN NOUVEAU MONOPOLE D’ÉTAT


Suivez-vous, dans le Temps, la campagne vigoureuse que mène mon vieux camarade Émile Alglave pour le monopole de l’alcool ?

Si vous ne la suivez pas, vous avez tort, car la question mérite qu’on s’y intéresse.

De même que le gouvernement est marchand d’allumettes et de tabac, M. Alglave voudrait le voir marchand de gouttes.

L’État mastroquet, quoi !

Cette combinaison, d’après notre économiste, ferait rentrer chaque année, dans le porte-monnaie de la France, pas loin d’un