Page:Allais - Amours, délices et orgues.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




SIMPLE CROQUIS


Le jour des régates.

Il est neuf heures et la première course est pour dix heures et demie.

Le commissaire général de la fête, un jeune avocat doublé d’un parfait gentleman, procède au dernier coup d’œil sur l’installation.

Avec mille recommandations précises et minutieuses, il pose un douanier par-ci, un matelot par-là : « C’est bien entendu, n’est-ce pas, mon ami ? Vous ne laissez pénétrer ici que les cartes roses. » — « Oui, monsieur. »