Page:Allais - Amours, délices et orgues.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




UN BONHOMME

VRAIMENT PAS ORDINAIRE


Bien qu’il ne m’eût pas été présenté, j’éprouvai le plus vif plaisir à lier conversation avec ce monsieur dont la physionomie m’avait conquis tout de suite.

À mon grand regret, un nouveau traité avec certaine grande maison anglaise m’interdisant toute description sous peine d’un dédit de 20,000 livres sterling — je ne pourrai vous faire le portrait de cet étrange personnage…