Page:Allais - Le Parapluie de l’escouade.djvu/98

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Sa bouche apâlie arborerait infréquemment le sourire navrant de ses désabus.
Ancienne maîtresse d’un peintre anglais, ivrogne et cruel,

qui aurait bleui son corps,
tout son corps,
à coups de poing,

elle aurait conçu la vive haine de tous les hommes.
Elle me tromperait avec un jeune poète inédit,

dont la chevelure nombreuse, longue

et pas très bien tenue