Page:Allais - Pour cause de fin de bail.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


énorme, qu’une toison crépue hissait au fantastique dans l’énorme !

Et cela n’était encore rien, si on n’avait pas vu ses oreilles !

Oh ! ses oreilles !

Imaginez-vous deux éventails plantés dans cette tête et plantés bien perpendiculairement au plan des joues.

C’est alors que ma cousine sentit éclater au meilleur creux de son cœur l’allègre fanfare des justes revanches.

— Y a-t-il du bon sens, s’écria-t-elle, empruntant au monsieur les propres termes de son trivial répertoire, y a-t-il du bon sens, je vous le demande, messieurs et mesdames, à venir au théâtre avec une tête pareille et de telles esgourdes !

Ce fut au tour du monsieur à en mener beaucoup moins large que ses oreilles.

— Madame, balbutia-t-il, madame.

— Mais, monsieur, insista ma cousine !