Page:Allais - Pour cause de fin de bail.djvu/77

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Je n’ai pas de préférence, tu sais. C’est bien le même rasoir, tout ça… Pourtant, il y a un truc qui m’a vraiment fait rigoler, l’autre jour. Imagine-toi que nous avons commencé l’Histoire Sainte.

— Et c’est l’Histoire Sainte…

— Qui m’a gondolé ? Oui, c’est ça.

— Il n’y a pourtant pas de quoi.

— Tu crois ça, toi ? Eh bien, moi je dis qu’il faut que les curés nous prennent sérieusement pour des poires, de nous envoyer des boniments comme ça !

— Mon cher Georges, ton âge ne t’autorise pas à tenir un tel langage !

— Qu’est-ce que tu veux, c’est mon caractère, à moi !… Ainsi, la création du monde, crois-tu que ça s’est passé comme on le raconte dans l’Histoire Sainte ?

— Évidemment.

— Tiens, voilà l’effet que tu me fais. (Il hausse les épaules). Mais, mon pauvre vieux,