Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



II

JEAN DES TILLES


C’est le tronc du vieux saule et ses rameaux penchants.
H. de Latouche.Le Roi des Aulnes.


« Ma bague, ma bague ! » Et le cri de la lavandière effraya, dans la souche d’un saule, un rat qui filait sa quenouille.

Encore un tour de Jean des Tilles, l’ondin malicieux et espiègle qui ruisselle, se plaint et rit sous les coups redoublés du battoir !

Comme s’il ne lui suffisait pas de cueillir, aux épais massifs de la rive, les nèfles mûres qu’il noie dans le courant.

« Jean le voleur ! Jean qui pêche et qui