Page:Aloysius Bertrand - Gaspard de la nuit, édition 1920.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’AIR MAGIQUE
DE JEHAN DE VITTEAUX


C’est sans doute un des coqueluchiers des cornards d’Évreux, ou un de la confrérie des Enfants Sans-Souci de la ville de Paris, ou bien un ménétrier qui chante la langue d’oc.
Ferdinand Langlé. — Fabel de la Dame de la belle sagesse.


La feuillée verte et touffue : un clerc du gai savoir qui voyage avec sa gourde et son rebec, et un chevalier armé d’une énorme épée à couper en deux la tour de Montlhéry.

Le chevalier : — « Halte-là ! ta gargoulette, vassal ; j’ai trois grains de sable dans le gosier.

Le musicien : — À votre plaisir, mais n’y buvez qu’un petit coup, d’autant que le vin est cher cette année.