Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


salle du banquet, le premier président ne manquait pas de passer devant le prélat. Le parlement ne voulait même pas que son chef cédât le pas aux gouverneurs de la province, fussent-ils princes du sang. Le jour de l’Ascension 1622, le parlement étant dans la grand’chambre dorée, avec le duc de Longueville qui était invité, lorsque le moment vint de passer dans la chambre d’hiver où les tables avaient été dressées, M. Alexandre De Faucon, premier président, « entra le premier dans la salle du festin, après lui le duc de Longueville et ensuite les autres présidents. » Les présidens lavèrent les mains avec le prince. Toutefois, le duc de Longueville s’assit au haut bout de la première table, qui était pour les présidens et pour MM. de la grand’chambre, et « dans une chaire de velours rouge, couverte de passementz d’or, sur laquelle estoient des couëssins de velours violet fleurdelysé. » A sa droite et à sa gauche étaient les présidens ; et des conseillers de grand’chambre, autant qu’en pouvait contenir la table, étaient assis sur des bancs couverts de tapisserie fleurdelysée. D’autres tables avaient été dressées, où s’assirent ceux de MM. de la grand’chambre qui n’avaient pu trouver place à la table du prince, MM. des enquêtes, les gens du roi, le greffier en chef et le greffier de la grand’chambre. A la fin du dîner, le dernier reçu des huissiers disait