Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/361

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de l’Ascension, on vit figurer à la procession la nouvelle fierte ou châsse de Saint-Romain, que portait, par-devant, Thomas Lemire, élu cette année pour jouir du privilége ; ce fut elle aussi que porta, en 1790, le nommé Béhérie, le dernier prisonnier qui ait joui du privilége. Telle est l’histoire de la dernière châsse, de la châsse actuelle de Saint-Romain ; et si l’on demande pourquoi elle n’est ornée que de douze figures, au lieu des dix-sept mentionnées par Farin, nous répondrons que, peut-être, les cinq figures qui manquent décoraient le toit ou faîte de la châsse, et que, lors de la restauration maladroite qu’elle eut à subir, de 1776 à 1777, on les aura supprimées, et pour la rendre plus légère, comme l’avait prescrit le chapitre, et pour y substituer les raides et lourdes images de saint Romain, du prisonnier et de la gargouille, qui furent fabriquées alors et qui la surmontent encore aujourd’hui.