Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/482

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Randonnai, trois soldats, avec l’un desquels il avait eu précédemment querelle. En le voyant, ils mirent l’épée à la main, et l’attaquèrent. Blessé par l’un d’eux, il se défendit, tua un de ces trois soldats, en blessa un autre, et mit le troisième en fuite.
    2°. « Depuis plus de 300 ans, il y avoit tous jours eu froideur entre les maisons De Chauvigny et De Tubeuf. » Le samedi de Pâques 1627, comme le sieur De Raveton revenait de la chasse avec le sieur De Chauvigny, son cousin, et le sieur de la Griffonnière, leurs chiens se mêlèrent avec ceux du baron de Tubeuf, qui lui-même chassait, accompagné d’amis et de domestiques. Quelques injures que s’adressèrent ces gentilshommes ennemis, finirent par un combat à outrance, dans lequel furent tués le sieur De Chauvigny, cousin du sieur De Raveton, et un nommé L’Auvergnat, valet du baron De Tubeuf. Ce dernier périt de la main du sieur De Raveton.
    3°. En 1632, il avait eu une dispute avec un sieur Du Châtel, lieutenant du prévôt ; ils s’étaient battus ; Du Châtel avait été tué d’un coup d’épée.
    4°. En 1633, conduisant sa compagnie, et se trouvant à Arcis-sur-Aube, ayant été averti que le bâtard d’un gentilhomme avait battu son charretier, il alla adresser des reproches à ce bâtard, et la dispute s’échauffant, il le battit et le tua.
    Recommandé par le duc de Longueville.


1636. Léonor Durand, âgé de 25 ans, né à Étrépagny, filleul de la duchesse de Longueville, soldat depuis 5 ans.
    Sortant d’un cabaret, à Étrépagny, un peu échauffé de boisson, il eut une dispute, dans la rue, avec un nommé Pierre Lamy, qu’il tua d’un coup de poignard.


1637. Antoine De L’Estoile, écuyer, sieur de Fresneville, âgé de 35 ans, né à Fresneville-en-Boulonnais, militaire.