Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/600

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de palmettes, et rapportée dans le siècle dernier, comme les ornemens du même goût qui couronnent le faîtage dans sa longueur et sur ses trois croisillons.

Prise au-dessus de son plateau, la châsse porte vingt-sept pouces de longueur sur ses faces latérales, et onze de largeur seulement sur ses extrémités ; sa hauteur, depuis son assiette jusqu’à la pointe des pignons des deux bouts, est de seize pouces trois ou quatre lignes, et de dix-sept pouces neuf lignes y compris les feuillages qui décorent ces mêmes pointes et les sommités des ogives.

Les faces latérales sont distribuées en trois arcs ogives ou portaux, d’inégale hauteur, partagés par des contreforts. Le portail du centre a d’élévation environ onze pouces six lignes, sur six pouces d’ouverture ; et les deux autres, occupant sa droite et sa gauche, sont hauts de un pied neuf lignes, et larges de six pouces et demi. Les pignons des arcs centraux ont, dans les faces latérales, la même hauteur que ceux des deux bouts de la châsse.

L’amortissement des ogives centrales des flancs de la fierte se compose, comme aux deux extrémités, d’un simple trèfle ; tandis que celui des quatre autres portaux se complique d’un riche remplissage, formé d’une rosace à six feuilles, de laquelle descendent deux petites ogives tréflées, qui divisent la baie, dans sa partie supérieure seulement, en deux compartimens égaux ; leurs retombées se réunissent d’une part dans le centre du grand arc qui les embrasse, à une espèce de petit cul-de-lampe évidemment moderne et de mauvais goût, et de l’autre elles reposent sur les chapiteaux des colonnettes de gauche et de droite du portail. Ces diverses décorations sont à jour, d’un fini très-précieux, et forment avant-corps sur les parties lisses de la fierte. C’est au moyen de cette disposition, et de la saillie des pieds-droits du petit édifice, que les figurines se trouvent comme enchâssées sous les arcades, et que les jolis émaux, aperçus à travers les rosaces, se dessinent sur des plans reculés.