Page:Amable Floquet - Histoire du privilege de saint Romain vol 2, Le Grand, 1833.djvu/614

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DESCRIPTION


DE LA


CHAPELLE DE SAINT-ROMAIN
OU BESLE DE LA VIEILLE-TOUR,


PAR M. E.-H. LANGLOIS.
_______


Cet élégant édifice, le seul de ce genre qui existe aujourd’hui dans Rouen, fut construit en 1542, tems vers lequel Jean Goujon, non moins habile architecte que grand sculpteur, embellissait la capitale de la Normandie de chefs d’œuvre dont plusieurs occupent encore le premier rang dans nos richesses monumentales : cette coïncidence d’époques pourrait, avec quelque vraisemblance, faire soupçonner que l’excellent artiste dont nous venons de parler, ne fut pas étranger au plan de la chapelle de Saint-Romain, dont le style florentin se rapproche, sous certains rapports, de plusieurs compositions architecturales du célèbre auteur de la fontaine des Innocens ; au reste nous nous bornerons, au défaut de documens, à cette simple hypothèse, pour passer à la description de notre monument.

Il se compose de six corps superposés qui, s’élevant d’une assez large base, se réduisent, vers le faîte, à de fort petites proportions, ce qui donne à l’ensemble de l’édifice une physionomie extrêmement svelte et quelque chose de pyramidal. Le corps du rez-de-chaussée porte sur sa façade vingt pieds de large sur vingt-cinq environ de retour ; il est percé de trois