Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

pour la faire changer de position. On l’aimante alors, et cet instrument sert à vérifier que tant que le plan où se meut l’aiguille n’est pas perpendiculaire à la direction de l’aiguille d’inclinaison, le magnétisme terrestre tend à faire prendre à l’aiguille aimantée la direction de celle des lignes tracées sur ce plan qui est la plus rapprochée possible de l’axe de l’aiguille d’inclinaison, c’est-à-dire la direction de la projection de cet axe sur le même plan. On rend ensuite, au moyen des vis de rappel, le plan où se meut l’aiguille aimantée perpendiculaire à la direction de l’aiguille d’inclinaison, le magnétisme terrestre n’a plus alors aucune action pour la diriger, et elle devient ainsi complètement astatique. L’instrument porte dans le même plan un cercle LMN divisé en degrés, sur lequel sont fixés deux petits barreaux de verre GH, IK, pour attacher les fils conducteurs, dont l’action directrice agit alors seule et sans complication avec la pesanteur et le magnétisme terrestre.

La principale expérience à faire avec cet appareil est de montrer que l’angle entre les directions de l’aiguille et du conducteur est toujours droit quand l’action directrice est la seule qui ait lieu.

Action attractive ou répulsive. — Ce second résultat général consiste : 1° en ce qu’un conducteur joignant les deux extrémités d’une pile voltaïque et un aimant dont l’axe fait un angle droit avec la direction du courant qui a lieu dans ce conducteur, conformément aux définitions précédentes, s’attirent quand le pôle austral est à gauche du courant qui agit sur lui, c’est-à-dire quand la position est celle que le conducteur et