Page:Ampère - Mémoires Électromagnétisme Électrodynamique (1921).djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

trouvât à gauche d’un homme qui, couché sur sa surface pour avoir la face tournée du côté de l’aiguille, recevrait ce courant dans la direction de ses pieds à sa tête, et d’en conclure qu’il a lieu, de l’Est à l’Ouest, dans une direction perpendiculaire au méridien magnétique ?

Cette hypothèse devient d’autant plus probable qu’on fait plus attention à l’ensemble des faits connus ; ce courant, s’il existe, doit être comparé à celui que j’ai montré dans la pile agir sur l’aiguille aimantée, comme se dirigeant de l’extrémité cuivre à l’extrémité zinc, quand on établissait un conducteur entre elles, et qui aurait lieu de même si, la pile formant une courbe fermée, elles étaient réunies par un couple semblable aux autres ; car il n’y a probablement rien dans notre globe qui ressemble à un conducteur continu et homogène ; mais les matières diverses dont il est composé sont précisément dans le cas d’une pile voltaïque formée d’éléments disposés au hasard, et qui, revenant sur elle-même, formerait comme une ceinture continue tout autour de la Terre. Des éléments ainsi disposés donnent moins d’énergie électrique sans doute que s’ils l’étaient dans un ordre périodiquement régulier ; mais il faudrait qu’ils fussent arrangés à dessein pour que, dans une série de substances différentes formant une courbe fermée autour de la Terre, il n’y eût pas de courant dans un sens ou dans l’autre. Il se trouve que, d’après l’arrangement des substances de la Terre, ce courant a lieu de l’Est à l’Ouest, et qu’il dirige partout l’aiguille aimantée perpendiculairement à sa propre direction. Cette direction trace ainsi sur la Terre un parallèle magnétique, de manière que le pôle de l’aiguille qui