Page:Anatole France - Le Jardin d’Épicure.djvu/245

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
231
LE JARDIN D'ÉPICURE

pincé le nez pour retenir mon âme dans mon corps. Mais je n’ai pas serré avec assez de force. Et je suis mort.

UNE FLORIDIENNE

Moi je mourus en couches. On mit sur mes lèvres la main de mon petit enfant pour qu’il y retint le souffle de sa mère. Mais il était trop tard, mon âme glissa entre les doigts du pauvre innocent.

DESCARTES.

J’ai établi solidement que l’âme était spirituelle. Quant à savoir ce qu’elle devient, je m’en rapporte à M. Digby, qui en a traité.

LAMETTRIE.

Où est ce M. Digby ? Qu’on nous l’amène !