Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à des chefs établis au-dessus des tribus. Les Atrébates savaient que les Romains étaient venus faire la guerre aux peuples de la Gaule, et que des nations entières avaient été vendues, corps et biens, sous la lance. Ils étaient avertis très vite de ce qui se passait au bord du Rhône et de la Loire. Les signes et les paroles volent comme l’oiseau. Et ce qui se disait à Genabum des Carnutes au lever du soleil était entendu sur les sables de l’Océan à la première veille de nuit. Mais ils ne s’inquiétaient point du sort de leurs frères, ou plutôt, jaloux de leurs frères, ils se réjouissaient des maux que leur infligeait César. Ils ne haïssaient pas les Romains, puisqu’ils ne les connaissaient pas. Ils ne les craignaient point, parce qu’il leur semblait impossible qu’une armée pût pénétrer à travers les bois et les marais qui entouraient leurs habitations. Ils n’avaient point de villes, bien qu’ils donnassent ce nom à Némétocenne, vaste enclos fermé par des palissades, qui servait d’abri, en cas d’attaque, aux guerriers, aux femmes et aux troupeaux. Nous venons de dire qu’ils