Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Giovanni. Soudain, le pas de deux chevaux sonna sur les cailloux aigus qu’on avait arrachés au lit du fleuve pour en paver les chaussées, et deux jeunes cavaliers, beaux comme deux saint Georges, débouchant d’une rue étroite, passèrent devant le palais sans fenêtres des Uberti. Quand ils furent au pied de la tour gibeline, l’un cracha en signe de mépris, et l’autre, levant le bras, mit le pouce entre l’index et le doigt du milieu. Puis tous deux, éperonnant leurs chevaux, gagnèrent au galop le pont de bois. Spectateur de l’outrage fait à son nom, Farinata demeura tranquille et muet. Ses joues desséchées tressaillirent et une larme de plus de sel que d’eau vint lentement couvrir ses prunelles jaunes. Enfin il secoua par trois fois la tête et dit : — Pourquoi ce peuple me hait-il ? Fra Ambrogio ne répondit point. Et Farinata continua de regarder la ville, qu’il ne voyait plus qu’à travers l’âcre nuage qui lui brûlait les paupières. Puis tournant vers le moine sa maigre face où s’attachaient forte-