Page:Anatole France - Les Contes de Jacques Tournebroche.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est l’usage ! s’écrièrent ensemble les chanoines.

Et messire Pierre Corneille alla chercher de la suie dans la cheminée, tandis que nosseigneurs Thomas Alépée et Simon Thibouville, se jetant en riant grassement sur l’enfant, s’efforçaient de lui tenir les bras et les jambes.

Mais Pierrolet s’échappa de leurs mains, puis, s’adossant à la muraille, il tira de sa ceinture une petite dague et jura qu’il l’enfoncerait dans la gorge de quiconque approcherait.

Cette violence fit beaucoup rire les chanoines et, particulièrement, messire Guillaume Chappedelaine qui, se levant de son siège, vint auprès de son petit secrétaire, suivi de messire Pierre Corneille, tenant une pelletée de suie.

— C’est donc moi, dit-il d’une voix onctueuse, qui, pour son châtiment, ferai de ce méchant enfant un nègre, un serviteur du roi noir Balthazar, qui vint à la crèche. Pierre Corneille, tendez-moi la pelle.

Et d’un geste aussi lent que s’il aspergeait d’eau bénite un fidèle, il jeta une pincée de